mardi 9 mai 2017

Junior : Le Chat et moi

« J’ai une bonne nouvelle ! dis-je à ma copine Lucie. Je vais avoir un chat, enfin un chaton.
-­‐ Trop cool ! me crie-t-elle dans les oreilles !! »
Ah au fait, je ne me suis pas présentée : je m’appelle Lola, j’ai 11 ans, je suis en 6ème et j’adore
les animaux.
« LOLA A TABLE ! » me crie maman. En plus, aujourd’hui c’est poulet, choux de Bruxelles.
« Maman, Lucie peut venir manger avec nous ?
- Oui, si elle veut. »
Bon, on ne peut pas dire que les choux de Bruxelles sont vraiment passés, mais ce n’est pas le
plus important. Le pire, c’est qu’on a reparlé du chaton, et que maman m’a dit que si je ne
m’améliorais pas, je n’aurais pas de chaton !
D’accord, on ne peut pas dire que j’ai de bonnes notes, je suis même la dernière de ma classe,
alors le chaton promis, je suis presque sûre que je ne l’aurai pas.
Le lendemain, c’est dimanche. Le matin, je fais la grasse matinée. Plus tard, je vais me
promener dans les bois avec mes amies d’enfance Lucie, Gloria et Lily.
Nous étions parties depuis presque une heure et nous allions rentrer quand un buisson se mit à
bouger, d’abord doucement puis de plus en plus fort. Soudain, un chat, ou plutôt un chaton
sortit du fourré.
Il avait quelques taches rousses, des taches noires, et le reste de sa fourrure était blanc. Ses
oreilles étaient minuscules, ses yeux étaient bleus, il avait un petit nez rose, une bouche
malicieuse, quatre pattes blanches et noires et un corps pas plus grand que ma main. Sa queue
était toute ébouriffée, nous lui avions fait peur.
Il semblait abandonné. Gloria et Lily voulaient continuer la promenade et rentrer à la maison,
mais je n’arrivais pas à partir et à laisser ce chaton seul dans la forêt.
Après plusieurs minutes, il s’est approché de moi et m’a léché la main.
Je me suis dit : « Je vais le ramener en cachette à la maison. Papa et maman ne s’en rendront
même pas compte ».
C’est ce que j’ai fait et le soir même, il était installé sur mon lit. C’est là que commence l’histoire
du chaton à la maison !
Heureusement que les parents n’ont pas vu mes draps le lendemain matin ! Ils étaient pleins
d’urine. Maintenant je sais que je dois lui mettre un bac avec une litière.
Je dois aussi lui trouver un oreiller car il vient de mettre plein de poils sur ma couette : si maman
s’en aperçoit, je serai privée de télé pendant un mois !
Ouh là là, je comprends pourquoi mes parents ne veulent pas avoir de chat : Papa dit toujours
qu’il peut se faire écraser sur la route et maman dit que c’est une responsabilité de s’en occuper.
Maintenant, je commence à comprendre ce qu’elle veut dire.
Avant de partir à l’école, j’ai dû tout nettoyer, puis j’ai enfermé le chat dans la cuisine : comme
ça il ne salira pas ma chambre pendant la journée. Puis maman m’a déposée au collège avant
de partir travailler.
Toute la journée j’étais inquiète : j’avais peur que le chaton ne soit plus à la maison en rentrant,
j’avais peur qu’il ait fait des bêtises, j’avais peur que mes parents le découvrent.
Finalement, j’avais raison de m’inquiéter : le soir, à la maison, c’était une catastrophe nationale.
Quand je suis rentrée de l’école (avec une heure d’avance car la prof de français était malade),
ce n’est pas un chat avec plein de taches que j’ai retrouvé, mais un chat tout blanc. Il y avait un
paquet de farine renversé sur la table, et de la farine partout dans la cuisine !
Du coup, j’ai dû tout ramasser et tout laver avant que les parents ne rentrent.
C’était moins une, car j’ai vu mon père par la fenêtre en train de se garer sur le parking en face
de la maison.
J’ai vite remis le chaton à l’étage et je suis restée en haut avec lui pour lui trouver un nom.
Je lui demande : « Spot ? » Il vient se frotter contre moi et fait un OUI avec sa tête.
Il s’appellera Spot !
Le mardi, je l’ai mis dans ma chambre. Il a encore fait des bêtises, que j’ai dû nettoyer en
rentrant de l’école.
Mercredi, c’était encore pire : il a fait ses griffes sur les rideaux de la salle à manger. Pour
cacher mon secret, j’ai dû mentir à mes parents.
Jeudi matin, en partant au travail, ma mère a laissé la fenêtre de la salle de bains ouverte.
Spot en a profité pour filer dans le jardin.
Seulement, il n’a pas réussi à rentrer dans la maison et s’est installé devant la porte d’entrée.
Le soir, ma mère est rentrée plus tôt que prévu et est passée me prendre à la sortie du collège.
Quand nous sommes arrivées, Spot est venu se frotter contre mes jambes et je l’ai pris dans mes
bras. Ma mère nous a surpris et m’a demandé : « D’où vient ce chat ? et depuis quand le connaistu
? »
Et là, j’étais obligée de tout lui dire. Quand j’ai fini de parler, maman regarde le chaton et me
dit : « Il est mignon ; est-ce qu’il a un nom ? »
Je fais oui de la tête : « Il s’appelle Spot».
Ma mère répond : « C’est un nom très joli. »
Tout doucement, je lui demande : « Il peut rester avec nous à la maison ? »
Maman me regarde avec des yeux étonnés et je continue à la supplier silencieusement. Quand
elle finit par craquer, elle fait : « Ok, il peut dormir une nuit, et on en reparlera demain. »
Quand papa est rentré ce soir-là, j’étais déjà dans mon lit. J’ai entendu maman lui parler du
chaton avant de m’endormir.
Le lendemain matin, mes parents avaient une attitude bizarre. Ils ne m’ont pas dit pourquoi,
mais ils sont partis très tôt, bien avant l’ouverture du collège. Pour la première fois de ma vie,
j’ai dû prendre le bus pour aller au collège !
Le soir après le travail, j’ai vu papa débouler dans la maison avec un panier en tissu rouge et
maman le suivre avec deux gamelles, un sac de croquettes et un paquet de litière pour chat.
Papa est ensuite retourné à la voiture et en a sorti un sac contenant une souris et un grelot.
Ils ont installé le panier et les jouets dans le salon à côté de la cheminée et maman est montée
dans ma chambre chercher le chaton. Papa l’a posé dans son panier en disant : « Voici ta
nouvelle maison Spot. »
Papa s’est mis à jouer avec Spot et le grelot. Maman m’a dit : « Nous avons réfléchi avec papa.
Nous avons décidé de garder ce chaton. »
C’est ainsi que nous avons accueilli un nouveau membre dans notre famille.
Depuis ce jour, je me suis toujours bien occupée de Spot et j’ai pu prouver à mes parents que
j’étais capable de prendre soin d’un animal.