mardi 9 mai 2017

Je ne savais pas

J’ai une bonne nouvelle… Enfin plutôt, j’avais une bonne nouvelle. Oui j’avais une bonne nouvelle car maintenant tout est fini. Je venais t’annoncer que j’avais fait une bonne nouvelle, mais maintenant ça n’as plus d’importance n’est-ce pas ? Tu ne comprends surement pas ce que je veux dire, mais patiente un peu, toi qui lis dans mes pensées, car oui, je ne parle pas, mes lèvres sont scellées et pourtant tu me comprends, alors je t’en prie, installe toi et admire tout ce que je vais te conter. Tout d’abord, tu te demandes surement qui je suis, ou plutôt, qu’est-ce que je suis ? Laisse-moi te dire que la réponse, je ne l’ai pas, ou plutôt, je ne l’avais pas. Si je suis née, c’est grâce à mon père, c’est mon seul parent, tu te demandes comment c’est possible et bien laisse-moi te dire que je ne sais pas, ou plutôt, je ne savais pas. Je vais te raconter comment il est, car j’ai une grande admiration pour lui, et aussi car sans lui, je ne serais rien. Pour moi il est gentil, doux, heureux mais surtout, il est lui. Il est jeune, d’ailleurs c’est rare qu’il ait déjà tant d’enfant à son âge, mais il ne délaisse aucun d’entre nous, chaque soir il pense à nous même quand on est assez grand et qu’il nous laisse partir, il pense à nous, et je ne sais pas comment il fait, ou plutôt je ne savais pas. Bientôt, moi aussi je partirais, mais je ne sais pas où ni comment, ou plutôt je ne savais pas. Si tu cherches un sens à ce texte je te répondrais juste que je ne sais pas, ou plutôt, que je ne savais pas. Alors je vais en profiter pour te donner un conseil. Tu connais tout ce que tu sais, mais il y a plein de chose qu’aujourd’hui tu ne sais pas, mais que demain tu te diras, je ne savais pas. Donc si tu ne sais rien aujourd’hui, pas besoin de courir, tu n’auras qu’à dire, je ne savais pas. Quand tu as commencé à me lire, tu ne savais pas comment mes phrases allaient finir, alors que maintenant tu peux le dire. Je ne sais pas si tu savais déjà ce que tu ne savais plus à moins que ce soit seulement ce que tu ne savais pas car tu n’es pas savant et si c’est le cas alors c’est fou ce qu’on pense savoir ne pas savoir. Je ne sais pas si tu as compris ce que je voulais dire juste avant, mais si ce n’est pas le cas, tu n’auras qu’à dire que tu ne savais pas. Je ne sais pas ce qu’il se passe en moi ou plutôt, je ne savais pas. Je ne sais pas pourquoi les mots me manque pour te parle de moi et de tout ce que je sais ou ne sais pas ou plutôt, je ne savais pas. Je ne sais pas pourquoi je suis obligé d’attendre la fin de l’histoire pour te dévoiler toute la vérité ou plutôt, je ne savais pas. Plus je pense, et plus je crois avoir compris ce que je ne savais pas. Je ne savais pas si tu comprends ce que je veux dire ou plutôt, ça m’est égal. Je ne savais pas qui tu es, ni même pourquoi tu peux m’entendre ou plutôt, ça m’est égal. Je ne savais pas si ce changement brutal va te donner envie de continuer à m’écouter ou plutôt, ça m’est égal. Je ne savais pas pourquoi  mais après tout, ça m’est égal alors écoute, ou plutôt, lis. Oui, lis car ce ne sont pas des paroles qui sont écrites ici, non ce ne sont pas des pensées, et encore moins des faits réels, ce sont juste, ça. Oui car comment comprendre l’incompréhensible, comment finir le commencement ou comment commencer la fin ? Toutes ces questions qui demandent tant de réponses, tant de mystères à résoudre et pourtant nous avons si peu de temps. Enfin, je dis « nous » alors que je ne sais pas ce que je suis, et tu ne sais pas non plus ou plutôt tu ne sauras pas. Mais je diverge n’est-ce pas ? J’étais venus t’annoncer une bonne nouvelle mais au final, tu ne sais même pas de quoi il s’agit, je me trompe ? Alors il serait peut-être temps de mettre fin à ton attente car tu ne veux surement pas rester plus longtemps avec moi. Et c’est pour cela que malgré que ce soit court, ce fut éprouvant pour moi, qui que je sois ou quoi que je sois, que je vienne de naître ou que je vienne de mourir, tout ça n’est qu’un détail futile de plus, alors ne nous attardons pas là-dessus, concentrons-nous plutôt sur la fin de cette histoire veux-tu ? Tu es surement assez pressez alors pas de temps à perdre avec toutes ces longues phrases, tu veux surement que j’arrête de baratiner juste pour gagner du temps avec toi hein ? Je le savais ou plutôt, j’en étais presque sûr. Alors ce fus court mais amusant, je finirais donc sur ça. Je ne sais pas si tu voulais la réponse à toute tes questions, ou plutôt je ne savais pas alors voilà j’ai une bonne nouvelle, je peux répondre à tout ce que tu ne savais pas, enfin, je pouvais, car maintenant, je ne sais plus.