mardi 9 mai 2017

CHACUN DE NOUS PEUT CHANGER… CHACUN DOIT CHANGER… CHACUN A CE POUVOIR QU’IL DOIT UTILISER, L’HORREUR NE PEUT PLUS CONTINUER…

 « J’ai une bonne nouvelle à t’annoncer… »
Voilà, les mots que j’aimerais prononcer…
Toi qui dors dans mes bras avec ton p’tit nez retroussé
Ta chaleur fait du bien à mon âme dévastée…
Mon pauvre tout petit, ta maman t’a laissé,
Elle ne l’a pas voulu mais on l’a obligé…
Des brutes épaisses, pour de l’argent, l’ont blessé
Elle est morte à mes pieds et elle t’a protégé…
Nous oublions depuis si longtemps notre humanité :
Notre bienveillance, notre compassion, notre bonté.
Nous ne pensons qu’à notre porte-monnaie
Et à toute la puissance que cela peut nous apporter…
La nature, par nous, est entièrement dénaturée, dévastée,
Les animaux, nos frères, sont industrialisés…
Nous omettons LEURS SENTIMENTS qui sont une réalité,
Pour toutes LEURS SOUFFRANCES,  nous n’avons aucune moralité…
Nous continuons à les tuer CONSCIENTS… ET A LES AVALER …
L’agriculture n’a plus aucune valeur, elle est boursicotée :
Les lobbys mentent et dictent cette bestialité, cette brutalité…
L’extinction des espèces est programmée…

C’est une triste fatalité et c’est la vérité…
J’aimerais tant, mon petit, te donner une sérénité,
Un espoir que nous allons tout faire pour changer
Et qu’enfin, nous allons vous protéger…

Car le paradoxe existe : POUR S’ELEVER, IL FAUT S’ABAISSER
Et contre LA SOUFFRANCE DE TOUT ETRE, NE PLUS SE CUIRASSER…
Si enfin, on décidait de ne plus cautionner
Alors, en nous, on ressentirait un immense bienfait

La tête de ta mère partira en abat-jour, ses belles mains en cendrier
Mon cher nouveau-né ; mes larmes coulent sur ton corps : tu as expiré…

NOUS SOMMES EN TRAIN DE NOUS TUER…