samedi 7 mai 2016

La pièce manquante

La vieille est là.
Tant bien que mal, elle a tiré la table carrée jusqu 'à la fenêtre, histoire d'y voir un peu plus clair.
Elle s'est installée sous l'abat-jour à franges, qui mis à part consommer de l'électricité n'est pas bon à grand chose. Mais bon, c'est toujours ça de pris. Elle aura bien besoin de tout ce qui peut l'éclairer.
Elle est là, perplexe devant ce terril miniature, fait de carton vert-de-gris parsemé de caillasses sombres.
Il va falloir tout trier. Quelle misère.
D'un côté, le feuillage, verdâtre tendant vers le noir.
De l'autre, l'eau, noirâtre tendant vers le vert.
Les bords à part.
Les quatre coins, précieusement recueillis dans une petite boîte.
Au milieu, le bâtiment. Qu'est-ce-que cela peut bien être ? Un hangar ? Un garage à bateaux ? Quelle misère, mille pièce en plus...
Où sont ses lunettes ? Encore ces satanés farfadets... Ah, sur son nez. Est-elle bête !

Enfin, elle s'est décidée à déballer cette fichue boîte.
Ah, elle le revoit ce marmot narquois, son petit-fils parait-il, quand il lui a tendu son « cadeau » d'anniversaire. Tu parles d'un cadeau... Comme si elle se souciait qu'on lui fête son anniversaire.
Mais qu'on la laisse tranquille !

« Pour son bien », le père a rajouté. Le médecin a dit qu'il fallait faire travailler ses méninges. Le médecin, quelle guigne ! Jamais le même de toute manière. Toujours il faut répéter la même histoire, à croire qu'elle radote.
A part donner des cachets infects qui la rendent toute bizarre, lui non plus n'est pas bon à grand chose.
En parlant de ça, il faut qu'elle les avale ces fichus cachets. Ce matin, elle a encore oublié. Où sont-ils encore cachés ? Encore ces satanés farfadets... Ah, ils sont là, sous la pile de journaux.

Elle a sursauté, tirée soudainement de sa somnolence. Elle l'a vu passé, elle le jurerait. Telle une souris, il s'est faufilé entre le fauteuil et la télévision qui annone en bruit de fond.
Dans la pénombre du jour descendant, elle a vu son ombre, furtive et moqueuse.
Mais quelle heure est-il donc ? Est-elle restée si longtemps absente ? De toute façon, on n'y voit goutte. Elle verra demain.

Elle touche au but. Plus que trois pièces à poser.
Enfin, elle va l'avoir terminé ce puzzle diabolique. Une véritable torture qui l'obsède depuis des jours et des jours. A croire que ses « bienfaiteurs », sous prétexte d'activer ses neurones, ont en fait ourdi une terrible vengeance. Ils lui en veulent, c'est certain. Sinon pourquoi offrir une telle promesse de tourment ? Pourquoi, mais bon sang pourquoi ?
Mais, oui, mais c'est bien sûr ! Le marmot narquois lui a offert un indice lorsqu'il lui a remis cette encombrant présent : « Mais oui, Mamie, tu aimes ça les puzzles. Quand Papi  est mort, tu en as fait plein. Ça t'occupait, tu disais. On en as plein sur les murs du couloir, dans le salon et même dans ma chambre ».
Mais c'est bien sûr, ils détestent ça. Il veulent la faire payer, c'est ça. Les farfadets ont sans doute doute donner l'idée, le médecin a fait le reste.
Trois pièces, trois malheureuses pièces à poser. Elle se délecte d'avance à l'idée de les engager dans leur encoche, de les presser contre leurs congénères et de terminer ce satané  puzzle.
Mais... Mais comment est-ce possible ?
Voila qu'elle a posé toutes les pièces de la boîte, la boîte est vide et il reste un trou. En plein milieu en plus. Un trou béant. On ne voit que ça !
Elle a dû tomber. Elle se penche depuis sa chaise. Rien. Elle quitte la chaise, s'accroupit comme elle peut. Toujours rien.
Un trou... Quelle misère !

Le puzzle incomplet trône sur la table carrée, sous l'abat-jour à franges.
Elle n'y a plus touché depuis des lustres.
Une fine couche de poussière a commencé à ternir ce paysage de malheur qui donne envie de se noyer.
Manquerait plus que des toiles d'araignées...

En parlant d'araignées, il faut qu'elle passe la tête de loup dans les coins du plafond. On se croirait chez une sorcière.
Mais qu'est-ce qu'elle voit là, dans le placard à balais où s'entreposent seaux et lavettes... Un petit morceau de carton verdâtre, finement découpé.
La pièce, la pièce manquante de ce fichu puzzle. Enfin, elle l'a trouvé !
Elle se baisse pour ramasser l'objet et triomphante se dirige vers la table où repose son œuvre inachevée. Elle pose la pièce. Ça ne rentre pas. Elle la retourne, ça ne rentre pas non plus. Elle tourne et retourne, rien à faire, ça ne rentre toujours pas.
Bon sang, encore un coup de ces satanés farfadets !