samedi 7 mai 2016

Des chats et des humains !

Quand la nef d'exploration se satellisa autour d'une planète de type terrestre, l'équipage ne se doutait pas de ce qu'il allait découvrir. Les analyses montrèrent que l'atmosphère était respirable sans appareillage et qu'il n'y avait pas de germes dangereux. Puis les petites nefs robotisées autonomes allèrent  chercher le meilleur site d'atterrissage. Les vues que découvrirent les explorateurs les étonnèrent au plus haut point. Non seulement la planète était vivable, mais elle devait être habitée puisque des groupes de bâtiments étaient visibles. Il ne semblait pas y avoir de villes, mais plutôt des petits hameaux rappelant les grandes fermes d'autrefois sur Terre.
Certaines constructions semblaient être des usines ou des entrepôts. L'une d'elles en particulier avait attiré l'attention des explorateurs par sa finesse. Elle aurait pu exister sur Terre au XXe siècle : un bâtiment clair au toit d'ardoises moussues, aux murs sans fenêtres mais à clairevoies, posé partiellement sur l'eau par 2 piliers et laissant entrevoir un tas de matériaux (pierres ou bois). Une scierie? Un moulin? Comme il y avait une grande surface dégagée pour poser une navette à proximité, ce site fût retenu comme l'emplacement idéal pour tenter de rencontrer les habitants qui devaient s'être cachés lors du passage du robot.
Jacques, l'exobiologiste et chef de la mission,  et Eva, la linguiste, furent volontaires  pour ce 1e contact. Ils virent en s'approchant que c'était bien une scierie mais que la hauteur ne dépassait pas 3 mètres et qu'ils devaient se baisser un peu pour passer  les portes. Une scierie fonctionnant avec la force de l'eau par une cascade artificielle! Les humains sur Terre utilisaient ce genre d'outils au Moyen-Âge… Quel peuple avait pu construire cela et à quel stade de civilisation était-il parvenu?
Jacques et Eva regardaient le reflet du bâtiment dans l'eau quand ils virent quelques remous faisant penser aux mouvements d'un grand poisson. Alors qu'ils se penchaient pour essayer de mieux voir, ils entendirent une voix dans leurs dos :
-"Messeigneurs, ne vous penchez pas. Cette zone est dangereuse."
Ils se retournèrent d'un coup et cherchèrent leur interlocuteur.
-"Regardez plus bas."
C'est alors qu'ils virent 3 créatures d'environ 1 mètre de haut et à l'aspect félin : oreilles pointues, moustaches, yeux aux pupilles fendues, crocs pointus, pelage bigarré.
-"Comment se fait-il que vous parliez le terrestre de base?", demanda Eva.
-"La nuit va tomber. Il ne faut pas rester ici. Suivez-nous et nous répondrons à vos questions."
Après avoir rassurés les autres membres de l'équipage toujours en rotation autour de la planète, Jacques et Eva suivirent leurs étranges hôtes jusqu'au bâtiment voisin dont les parois intérieures étaient protégées par d'épaisses pièces de métal. Une fois les portes hermétiquement closes, les 3 créatures invitèrent leurs invités à s'asseoir sur de grands coussins moelleux et prirent place en face d'eux.
-"Permettez-moi de nous présenter : je suis Dame Plume, représentante des chats humanisés de la planète Bastet et historienne.", dit la 1e créature au pelage blanc tacheté de gris.  "À ma gauche, voici maître Étincelle, maître forgeron, et à ma droite messire Téquila, dirigeant de la guilde des savants." Le 1e avait un pelage roux rayé et des yeux verts. Le 2e était uniformément gris et avait des yeux dorés.
-"Je me nomme Jacques et je dirige cette expédition de reconnaissance sur votre monde. Je suis biologiste. Ma compagne est notre linguiste Eva, mais elle n'aura pas de travail  ici puisque nous parlons la même langue."
-"Détrompez-vous, nous ne sommes plus très nombreux à parler votre langue, et je crains même que les sons produits par les plus jeunes ne constituent pas un réel langage.", répondit Dame Plume. "Stérilité et dégénérescence sont les maîtres mots de notre évolution. Mais, pardonnez-moi, je vais vous laisser vous reposer et nous vous amènerons demain visiter notre capitale, Raminagrobis."
-"Dame Plume, nous ne sommes pas fatigués et sommes impatients d'apprendre l'histoire de votre civilisation. À moins que vous ne soyez trop fatigués.", demanda Eva.
Les chats se regardèrent et discutèrent entre eux doucement. Puis ils s'installèrent le plus confortablement possible sur leurs coussins.
Puis Téquila prit la parole :
-"Notre histoire a commencé il y a environ 500 ans de Bastet ou 450 ans terrestres. Pierre Félin était parti en expédition pour chercher des planètes habitables pour les terriens pour assurer la survie de votre espèce. Mais il n'était pas parti seul, il était accompagné par ses 4 chats : Plume, Bulle, Étincelle et Téquila. Il emportait aussi avec lui une réserve de graines terrestres, quelques outils et une énorme médiathèque : livres, enregistrements sonores et visuels."
-"Pierre Félin est une vraie légende sur Terre. On n'a jamais retrouvé sa trace. Il s'est perdu dans l'espace à une époque où on envoyait des explorateurs solitaires pour ne pas mettre en danger trop de personnes… car les expéditions duraient au moins 3 ou 4 ans et tous ne revenaient pas. Mais lui a envoyé des rapports pendant 10 ans. Comment a-t-il survécu  si longtemps?", interrompit Jacques.
-"Nous vous donnerons demain son journal de bord où il a consigné tous les évènements de son voyage. Mais, si vous me le permettez, je vais essayer de répondre à votre question. Pierre Félin était un humain à part, un génie scientifique : biologiste, un peu mécanicien, chimiste, amateur d'arts et de littérature. Si nous avons bien compris les écrits de son journal, l'exploration a été pour lui un moyen de fuir la Terre où il se sentait décalé et incompris.", soupira Plume, "Continue, Téquila, je te prie."
-"Suite à son long séjour dans l'espace, les chatons nés des chats terrestres ont évolués. Pour fixer ces évolutions, il se livra à des modifications génétiques. C'est ainsi qu'il donna aux chats la parole et la possibilité de se tenir debout sur les pattes arrières. Pour pouvoir utiliser des outils ou des crayons, il calqua le fonctionnement de l'extrémité des pattes avant sur celui des mains humaines. Pour son ravitaillement en eau et nourriture, je crois qu'il en a trouvé sur des planètes qu'il a explorées; mais, si l'on en croit son journal, non colonisables par les humains."
Téquila fut interrompu par de violentes vibrations du sol accompagnées de bruits sourds. La peur visible des chats  inquiéta les 2 humains :
-"Ne devrions-nous pas sortir chercher du secours et prévenir de ce tremblement de terre?"
-"Non, surtout pas, il ne faut pas sortir.", déclara Étincelle en prenant la parole pour la première fois d'une voix rauque, le poil de sa nuque légèrement hérissé.
Téquila reprit la parole :
-"Nous vous expliquerons demain la cause de ces tremblements.
Pierre Félin fût très heureux de constater que la génération suivante de chats avait la majeure partie des caractéristiques qu'il avait voulues. Il continua les modifications génétiques pour aboutir à ce que nous sommes aujourd'hui. C'est alors qu'il décida de ne pas revenir sur Terre et de chercher une planète habitable pour ses chats. C'est ici qu'il trouva le monde idéal qu'il appela Bastet en souvenir d'une déesse-chatte des temps anciens de son monde.
Il y planta les graines qu'il avait emmenées avec lui. Toutes ne supportèrent pas la lumière de leur nouveau soleil, mais de nombreuses s'adaptèrent comme les arbres de la forêt qui nous entoure. La vie animale de cette planète ne comportait pas d'espèce dominante disposant d'une pensée supérieure. Mais il y avait déjà des espèces de plantes à fleurs liées à des oiseaux-insectes qui les pollinisaient en échange d'une sève sucrée et qui apprécièrent les plantes terrestres.
Il ne semblait pas y avoir de grands prédateurs carnivores. Les animaux terrestres les plus gros ressemblaient aux moutons de la Terre. Les seuls carnivores étaient des insectes vivant en colonies sous la surface du sol. Pierre pensa que leur rôle dans l'écologie de la planète était de dévorer les cadavres et de nourrir le sol en enterrant profondément les minéraux issus de leurs déjections. Nos ancêtres comprirent vite qu'ils ne touchaient pas les organismes vivants et n'étaient pas dangereux pour eux.
Le vrai danger venait des virus et microbes endogènes. Pierre Félin créa rapidement des vaccins pour immuniser la population des chats, mais il ne voulut pas détruire les micro-organismes car, pour lui, ils avaient sûrement une utilité dans l'écosystème de Bastet."
Une nouvelle saccade de secousses bouscula chats et humains qui durent s'accrocher à leurs coussins. Des chutes de pierres dans l'eau se firent entendre, puis stoppèrent rapidement.
-"C'est la scierie qui est touchée cette fois-ci!", se lamenta Étincelle, "Pourvu qu'elle résiste cette nuit!"
-"Notre vaisseau en orbite peut-il être utile à quelque chose?", demanda Jacques.
-"Pouvez-vous générez une grande lumière sur le lieu où nous sommes?", demanda Plume.
-"Oui, mais notre navette y suffira. Il nous suffit de lui commander de voler au-dessus de nous et d'éclairer le sol. Nous nous en occupons immédiatement.", répondit Eva pendant que Jacques donnait ses ordre au pilotage automatique.
Quelques secondes plus tard une grande lumière fut visible à travers les fentes du toit. Les vibrations et secousses s'arrêtèrent rapidement.
-"Ouf! Nous somme tranquilles pour la fin de la nuit.", soupirèrent les chats. "Il est temps de dormir et, demain, vous aurez toutes les réponses que nous pourrons vous donner."
Si un coussin suffisait pour les chats pour dormir à l'aise, il en fallut plusieurs pour les humains. Malgré les émotions récentes, tous s'endormirent plus ou moins rapidement.
Une fois le soleil levé, chats et humains sortirent constater les dégâts de la nuit. La scierie, qui penchait déjà vers l'eau la veille, était à présent à moitié dans l'eau et les piliers étaient partiellement détruits.
-"Encore une zone à évacuer!", soupira Plume. "Je vous suggère de déplacer votre… navette?.. vers une autre zone. La rive a été profondément creusée et elle risque de l''être encore plus la nuit prochaine."
-"Nous pouvons rejoindre votre capitale avec, si vous le permettez.", suggéra Jacques.
Les 3 chats se regardèrent et acceptèrent l'offre avec reconnaissance.
C'est ainsi que la navette se posa dans une grande plaine à côté d'un groupe d'habitations un peu plus grand que les autres : Raminagrobis, capitale de la civilisation des chats. Plus grand, mais peu habité comme le confirmèrent les 3 guides : depuis un peu plus de 50 ans, la fécondité des chats avait beaucoup diminuée et le renouvellement des générations ne se faisait plus. Dame Plume avait aussi évoqué la dégénérescence et elle se voyait par le nombre de chats ayant du mal à marcher debout ou ayant des "mains" atrophiées.
Les humains furent conduits dans un bâtiment un peu plus grand que les autres où ils ne seraient pas obligés d'être constamment courbés. Une réunion eût lieu dans la salle du Conseil autour d'une grande table où de nombreuses places étaient vacantes. Un vieux chat aux longs poils blancs menait les débats du Conseil et il eût bien du mal, ce jour-là, à calmer les ardeurs des chats présents. Certains accusaient les 2 humains d'être les responsables des malheurs de la population en tant qu'héritiers de Pierre Félin, d'autres les dotaient de pouvoirs magiques et les suppliaient de sauver leur civilisation, d'autres encore craignaient qu'ils ne les détruisent avec leur technologie supérieure.
Jacques prit la parole  est expliqua :
-"Nous sommes arrivés sur votre monde par hasard en explorant les diverses planètes que nous croisions pour étudier leurs faunes et leurs flores. Votre monde est le 1e où nous rencontrons une espèce dominante intelligente. Nous ignorions tout des manipulations génétiques que Pierre Félin a fait subir à vos ancêtres. Sur Terre, c'est un crime majeur et l'auteur de tels faits serait considéré comme un malade mental et soigné en tant que tel."
Eva renchérit :
-"Nous sommes des scientifiques et pas des guerriers. Face à un peuple évolué comme le vôtre, notre rôle est de prendre contact pour déterminer quels échanges sont possibles entre nos civilisations. La Terre a trop souffert des multiples guerres qui se sont déroulées sur son sol et des erreurs commises par nos ancêtres en surexploitant ses richesses…"
Le vieux chat, Skol, prit la parole :
-"Je vous crois sincères, humains, mais comprenez notre méfiance. Pierre Félin nous a appris à être prudents bien qu'il ne l'ait assez été lui-même. Téquila a commencé hier le récit de nos origines, il me revient de continuer en tant que doyen de notre communauté.
Pierre Félin avait été imprudent en s'installant sur ce monde car il avait oublié d'explorer les fonds marins à moins qu'il n'en ait pas eu les moyens. Comme vous l'avez sans doute analysée, je n'ai pas besoin de vous dire que la mer qui constitue 80% de la surface de la planète est de l'eau non salée contrairement à vos mers sur Terre. Nous n'avons aucun moyen d'aller dans l'espace car notre créateur a voulu que nous réinventions nos propres sciences. Il a détruit les documents concernant cette technologie particulière. Mais il nous a laissé ceux concernant l'agriculture, la métallurgie, la construction... pour ne pas recommencer à zéro. Avec le temps, nous pensons qu'il ne s'imaginait pas être le dieu de chats "préhistoriques"!
Toutes nos cartes datent de l'arrivée des chats sur Bastet."
Skol s'interrompit en remarquant le regard inquiet échangé par les humains :
-"Qu'avez-vous découvert en survolant notre planète?"
-"Votre unique continent ne représente plus que 12% de la surface de la planète. Cela veut dire que 8% des terres émergées ont disparues en 500 ans!", explique Jacques.
Un grand brouhaha se fit dans la salle et Skol eût du mal à le calmer :
-"La situation est pire que nous le craignions. Mais les régions éloignées n'ont pas envoyé d'informations depuis longtemps et nous comprenons maintenant pourquoi.
Je vous disais que Pierre Félin avait oublié les fonds marins. Peu après sa mort, les chats construisirent des bateaux et partirent explorer les mers à peu de distance du continent. Nos ancêtres y trouvèrent plusieurs sortes de petits poissons qui s'avérèrent bons à consommer. La pêche devint donc une ressource importante de nourriture. Mais, notre civilisation évoluant rapidement, nous commirent la même erreur que notre créateur : nous avons joué avec la Nature pour faire grossir les poissons consommables. Pas par modifications génétiques, nos ancêtres n'en étaient pas capables, mais par croisements entre espèces. Nos fermes aquacoles étaient bien organisées et nous en étions fiers…"
-"Mais il y a eu un problème?", demanda Jacques qui se sentait très intéressé en tant que biologiste.
-"Oui! Il y a environ 150 ans, un cadavre fut découvert sur un rivage. Une créature effrayante ne correspondant à aucune connue. Dans les vieux documents de la médiathèque, nous avons trouvé une image lui ressemblant : Jormungand, le mythique serpent de mer. Celui dont le cadavre s'était échoué ne pouvait pas encercler la planète dans ses anneaux, mais il mesurait 100 mètres de long et ses dents faisaient 50 centimètres. Ce qui nous a inquiétés étaient les marques de morsures qu'il avait sur lui… Nos biologistes ont calculé qu'il devait y avoir dans les profondeurs de la mer des créatures dépassant 300 mètres de long avec des dents d'environ 1 mètre de hauteur…"
Après une pause, Skol reprit :
-"Nous avons nommés ces créatures les jormunganders. Pourquoi l'une d'elles s'était échouée? Nos ancêtres découvrirent rapidement que les fermes aquacoles en étaient la cause : les jormunganders avaient trouvé là une source d'alimentation facile et pratique. Cela faisait déjà longtemps que des trous étaient constatés dans les filets des fermes, mais rien de suffisamment important pour nous inquiéter. Les filets étaient réparés et l'élevage continuait. Quelques bateaux de pêche disparaissaient lors de grandes tempêtes mais suffisamment peu pour ne pas nous inquiéter.
Nos biologistes travaillèrent sur le sujet et découvrirent l'énorme erreur que nous avions faite : la sélection et le croisement des espèces avaient appauvri l'écosystème de la mer de Bastet. Nous n'avions jamais croisé les jormunganders parce qu'ils avaient beaucoup de nourriture à leur disposition… et qu'ils étaient beaucoup plus petits, au maximum 15 mètres. Mais nos poissons modifiés avaient profondément perturbé leur métabolisme et ils avaient grossi de façon démesurée.
Puis les tremblements et destructions des rives ont commencé. Au péril de leurs vies, quelques aventuriers ont observé ces phénomènes uniquement nocturnes. Les énormes yeux de ces grandes créatures ne supportent pas la vive lumière du jour en surface. Ils ont ainsi découverts que de gros jormunganders se frottaient sur les rivages du continent… pour se débarrasser de parasites ou de plaies… En plus des modifications physiques, nous leur avions transmis des germes terrestres.
La faute, le crime selon vous, commis par Pierre Félin en modifiant ses chats se retournaient contre ses créatures qui avaient commis la même faute."
Un grand silence se fit dans la salle et beaucoup de chats avaient baissé la tête et certains pleuraient.
-"Nous pouvons vous aider si vous le désirez", s'exclama Eva.
-"C'est trop tard, notre continent va disparaître sous les coups de butoir des jormunganders. Bastet deviendra une planète marine. Le déclin de notre civilisation est trop avancé.", expliqua Plume.
-"Vous, humains, frères du fou qui nous créa, nous vous donnons tout ce qui est dans ce bâtiment : documents de Pierre Félin, dont en particulier son journal, son vaisseau spatial qui est dans une crypte souterraine, le squelette du 1e jormungander, nos propres livres… Ces reliques seront inutiles aux animaux que seront nos quelques descendants.
Ramenez-les sur votre monde pour que cet exemple vous rappelle le danger de vouloir jouer avec la Nature… et laissez-nous mourir en paix sans surveillance de votre part pendant 100 ans.", ajouta Téquila.
-"La réunion est close. Adieu, humains! Rappelez-vous, emportez tout sinon, quand vous reviendrez dans 100 ans, il ne restera rien. ", conclut Skol.
Les jours suivants, Plume, Téquila et Étincelle servirent d'intermédiaires à l'équipage qui commença par remettre en état de fonctionnement le vieux vaisseau de 500 ans d'âge. Puis les humains rangèrent les documents et objets donnés par les chats dans leur propre vaisseau. Enfin, ils le programmèrent le vieux vaisseau pour qu'il soit détruit en plongeant dans le soleil, une fin digne d'un appareil mythique, puisqu'il n'avait plus assez d'énergie pour revenir sur Terre.
Après diverses communications avec la Terre qui n'accepta pas facilement une exclusion de 100 ans d'exploration de ce système solaire, les humains partirent après un dernier adieu aux 3 chats.
Sans les documents rapportés, les explorateurs auraient cru avoir rêvé cette rencontre. Et ils leur permirent aussi de prouver sa véracité au Bureau des Explorations Spatiales qui confirma l'exclusion de tout vol dans le système solaire de Bastet.


100 ans plus tard, un autre vaisseau d'exploration venant de la Terre survola la planète mais n'y trouva aucun continent, ni aucune trace d'une civilisation quelconque.